Vous devez accepter l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de notre site Internet. Pour en savoir plus cliquez ici.

circumCompiègne et son agglomération



Panneaux d'exposition :


Le SCoT pour un développement équilibré et maîtrisé

Comment organiser à long terme l’avenir du Compiégnois ? Voilà la question simple à laquelle répond le Schéma de Cohérence Territorial (SCoT).
L’esprit retenu par le document - qui prévoit une stratégie à 15 ans - est de favoriser une croissance démographique maitrisée (+ 8 000 habitants), tout en augmentant le nombre d’emplois (+ 4 500 emplois envisagés sur la période), l’ARC gardant ainsi un nombre d’emplois supérieur au nombre d’actifs. Cette perspective doit se faire en préservant la qualité de vie et les services proposés aux habitants.

Comment le SCoT s’applique ?

Il s’agit d’un document opposable. Cela signifie que ce qui est inscrit dans le SCoT ne constitue pas de simples orientations, mais s’imposera aux documents d’urbanisme des 15 communes (ainsi telle surface sera dédiée à l’aménagement d’une zone d’activité, tandis qu’ailleurs un site naturel sera protégé…).

Que dit le SCoT ?

Un enjeu fort sur le logement
Le diagnostic du SCoT a montré que l’ARC voyait une partie de sa population s’installer sur des zones voisines, notamment parce qu’une partie des habitants ne pouvait se loger sur place en raison d’un coût élevé du foncier. Le SCoT prévoit d’augmenter l’offre foncière pour répondre à ce besoin et pour diminuer les déplacements domicile-travail, préservant ainsi l’environnement et le budget des ménages.

Des équilibres définis
L’agglomération de Compiègne doit demeurer une agglomération de taille moyenne connaissant une croissance équilibrée et davantage tournée vers l’Oise : équilibre entre l’emploi et l’habitat, entre développement économique et cadre de vie, entre commerce de centre-ville et de proximité et commerce périphérique, équilibre entre rive droite et rive gauche, entre la partie centrale de l’agglomération et les communes plus éloignées.

Une consommation de surface économe
Répondant aux préconisations du Grenelle de l’environnement, l’ARC a limité sa consommation de surfaces à urbaniser. Elle s’est appuyée sur l’utilisation des anciens sites militaires et un développement renforcé dans la partie centrale de l’agglomération. Cette orientation est d’autant plus nécessaire que le territoire de l’ARC a la particularité d’être couvert de forêt aux deux tiers.
Par rapport aux prévisions du Schéma directeur de 2000, l’intercommunalité a diminué les surfaces à urbaniser, tout en ayant une échéance plus longue (à 15 ans) et une prévision  de croissance démographique plus élevée (+0,75 % par an contre 0,4 % actuellement).

Des objectifs traduits en chiffres
- 80 000 habitants dans 15 ans : ce chiffre correspond à une augmentation de la population comprise entre 0,6 % et 0,75% par an,
4 500 emplois supplémentaires envisagés (40 000 emplois dans l’agglomération actuellement),
- 6 000 logements construits pendant cette période,
- 10 nouveaux quartiers dans l’agglomération,
- 7 pôles de développement pour accueillir les principales activités économiques,
- 6 000 étudiants : ils sont aujourd’hui 4500,
- Des surfaces à aménager (pour les logements et les entreprises) au hauteur de 350 hectares de terres agricoles cultivées et de 120 hectares de renouvellement urbain.

Suite à l’avis favorable de la Commission d’enquête, reçu le 21 novembre 2012 (voir rapport et conclusions ci-dessous), Le SCoT a été approuvé à l’unanimité par le Conseil d’Agglomération du 15 décembre 2012.


Le rapport et les conclusions de la commission d'enquête à télécharger

Le rapport

5243 ko - Dernières modifications : 30/11/2012

Les annexes

2078 ko - Dernières modifications : 30/11/2012